Skip to content

Le renforcement iso inertiel

Salut mon p’tit pote !

C’est la troisième fois qu’il vient au cabinet.

La cinquième fois qu’il t’appelle.

15 mails qu’il t’envoie…

Et tu n’arrives pas à te dépêtrer de ce commercial lourdo et collant qui veut absolument te montrer la dernière machine, « qui va révolutionner votre pratique ».

Saoulé, tu l’as renvoyé bouler comme un malpropre, le menaçant physiquement et en t’imposant de manière radicale… Non, en vérité, tu aimerais bien mais tu es trop poli et bien élevé pour ça. Gentiment, tu lui as dit que tu allais réfléchir, et tu sais que du coup, il va revenir à coup sûr… oui mais cette fois ce n’est pas pareil.

Le doute t’envahit l’esprit : est-ce que cette fois, ce ne serait pas véritablement LA machine qui allait changer ta pratique ? LA solution aux rééducations récalcitrantes ? L’outil ultime qui surplomberait tout le reste ?

Et bien, s’il s’agissait de la machine de renforcement iso-inertiel, c’est peut-être le cas…

Loin des machines à ultrasons et autres thérapies au laser, on parle là d’une machine de renforcement. Déjà, tu baisses ta garde, et tu lèves le sourcil gauche à la Carlo Ancelotti (le meeeeeetch).

Sauf qu’en matière de renforcement, tu as ce qu’il faut, des barres, des kettlebells, des haltères, des sacs, des wall ball… C’est bon, l’armoire est pleine, on n’a à peine la place pour ranger la lampe chauffante (non ?).

Surprise, il n’y a ni poids, ni élastiques. Juste un fil et une bobine. Comment ce truc peut-il permettre de s’entraîner en force ? Et bien, c’est là où le renforcement iso-inertiel est révolutionnaire : c’est toi-même qui crée la résistance. 

C’est quoi une poulie iso inertielle ?

Et comme toute nouvelle machine qu’on veut te vendre, l’histoire est belle : cette méthode a été inventée par la NASA (c’est toujours plus classe quand ça va vient des USA, et c’est forcément un truc de ouf si c’est la NASA!!) pour pallier aux pertes musculaires de leurs astronautes (et non pas cosmonautes, les sales rouges) lors de leurs vols spatiaux, où la gravité manque, et dont les muscles fondent comme la banquise en 2030. 

Le principe de l’entrainement iso inertiel

Le principe : la force appliquée pendant la phase concentrique du mouvement déroule une corde reliée à une poulie qui tourne et stocke l’énergie cinétique. Cette énergie est d’autant plus grande que la vitesse du mouvement est élevée.

Une fois le mouvement terminé, la poulie se déroule dans l’autre sens en restituant toute l’énergie emmagasinée, le patient doit alors résister à cette énergie qui lui est soumise, en produisant une force excentrique.

Ok, ton sourcil est en train de retomber… Tu n’as rien compris, tu te lèves pour partir de ce rendez-vous bourbier.

L’exemple du squat

Attends, je t’explique concrètement : prenons un squat. Tu es relié à la machine par une corde verticale. Tu pousses vers le haut, tu tires donc sur le fil qui se déroule, entraînant la poulie. Une fois en haut, la poulie tourne dans l’autre sens, tirant le fil vers le bas, ce qui t’entraîne vers le sol.

Si tu ne veux pas t’écrabouiller par terre comme une crotte, tu vas devoir freiner le mouvement grâce à une contraction excentrique de tes quadriceps. Tu piges ?

Est-ce mieux que les méthodes de renforcement classiques ?

OK, tu n’es toujours pas convaincu par ce commercial qui parle trop vite en postillonnant (et il l’a vu, ce postillon s’envoler pour atterrir sur ton épaule).

Le malaise.

Alors que la partie est quasiment perdue, il décide de sortir de sa manche son meilleur argument de vente (après celui de la NASA, mais comme ça fait 3 fois qu’il en parle ça commence à faire beaucoup) : “cette méthode de renforcement est révolutionnaire, parce qu’elle surpasse les méthodes traditionnelles, c’est prouvé scientifiquement”.

Un silence pesant s’installe. Personne ne l’avait vu venir. Il a sorti sa meilleure carte, et elle a fait mouche. Est-ce qu’il bluffe ?

Non, il ne bluffe pas. Les dernières études scientifiques montrent effectivement que cette méthode donne des résultats supérieurs aux méthodes traditionnelles.

Mais comment est-ce possible ?

Cela s’explique par le fait que généralement, lors du renforcement traditionnel, la phase concentrique est prédominante. Non pas que l’excentrique est absent, mais il est au mieux sous-chargé. En effet, quand on soulève un poids, on se base sur la force maximale concentrique (ou un pourcentage de celle-là), pour qu’on puisse la mobiliser, tout simplement. Et lors du mouvement, nous allons effectuer des contractions concentriques et excentriques. Or la force maximale excentrique est supérieure à la force maximale concentrique. La phase excentrique est donc largement sous maximale. 

Mais en quoi est-ce différent pour le renfo iso-inertiel ?

Et bien c’est là où tes heures de lecture d’articles (abonne toi à notre newsletter en cliquant ici !) et de formation (inscrits toi à nos formations en cliquant ici !)  vont être utiles : cette méthode n’est efficace que si elle est bien effectuée.

Comment faire du renforcement iso inertiel ?

Tu vas donc conseiller à ton patient de freiner son mouvement tardivement. Il ne doit commencer à freiner SEULEMENT que lors de la seconde moitié du mouvement. Toute l’énergie cinétique engendrée par la totalité du mouvement en phase concentrique va ainsi être concentrée sur la fin de mouvement. Il y aura alors une surchage excentrique sur une faible amplitude, en course externe qui plus est. On sera proche de la force maximale excentrique du patient. On la dépassera même. Ton renforcement est ainsi optimal. Objectif atteint. Attention quand même à doser intelligemment.

Quand on sait que le renforcement excentrique est celui qui procure les plus grandes améliorations, qu’elles soient mécaniques, métaboliques, neuro-musculaires, fonctionnelles… on comprend pourquoi il faut privilégier les méthodes où ce mode de contraction est dominant.

C’est comme faire jouer une équipe avec ou sans Zidane. Peut-être que tu vas gagner sans, mais ce sera plus facile avec. Ne me dis pas le contraire. Je pourrais me vexer.

Et les preuves de la supériorité de cette méthode pullulent autant que les fake med ! On en retrouve concernant la prévention des blessures, la rééducation post-blessures, le gain en force, l’hypertrophie… bref, tout ce qui est amélioré par l’excentrique en somme ! 

Maintenant que le commercial t’a mangé tout cru, il peut mettre le coup de grâce : une méta analyse récente montre même que cette méthode est meilleure que les autres pour améliorer des petits trucs futiles, comme par exemple, les capacités de changement de direction, la hauteur en saut vertical, la vitesse au sprint… on parle là des composantes de la performance de bien des sports, rien que ça.

Comment se fait-ce ? Et bien… en plus de cette dominante excentrique, les exercices sont très fonctionnels, très proches du geste sportif, et aussi multi-plans, ce qui est un avantage considérable pour des exercices de renforcement. Et pas toujours évident à retrouver dans les autres méthodes.

Alors, convaincu ? Vous en prendrez combien ?

Conclusion sur le renforcement iso inertiel

En guise de conclusion, est ce que je vais vous conseiller de toujours écouter les commerciaux déblatérer, le chéquier grand ouvert ? Sûrement pas.

Est-ce que je vais chercher une tournure pour ridiculiser ceux qui n’ont pas de machine iso inertielle dans leur cabinet ? Non plus.

Est-ce que j’ai un partenariat rémunéré avec une marque de machines de renfo’ iso-inertiel ? Toujours pas (mais les gars, si vous me lisez, allez-y : envoyez les propositions).

Cependant, ce que je peux conseiller, c’est de jeter un oeil, même rapide, aux données de la science quand on vous propose un appareil que vous ne connaissez pas.

Seules les études scientifiques peuvent vous donner une idée de l’efficacité supposée d’un produit ou d’une méthode. Se fier aux discours des commerciaux, c’est un peu comme demander à un politicien s’il va tenir ses promesses de campagne…

Aussi, avoir du matériel c’est bien, comprendre les fondamentaux du renforcement musculaire c’est mieux. Gardons en tête que l’excentrique n’est pas magique, mais qu’elle semble être la plus efficiente et la plus puissante en termes de résultats cliniques pour nos patients.

Et ce, d’autant plus si elle est supra-maximale (tout en dosant intelligemment) !

Donc chargeons nos patients, quand c’est possible, et équipons-nous de matériel utile. En plus, le commercial fait une offre hallucinante de 15% ce mois-ci. Attendons 15 jours, et ça passera à 20% pour le super mois anniversaire…

Allez, à tato !

Bibliographie

Raya-González J, Prat-Luri A, López-Valenciano A, Sabido R, Hernández-Davó JL. Effects of Flywheel Resistance Training on Sport Actions. A Systematic Review and Meta-Analysis. J Hum Kinet. 2021 Jan 30;77:191-204. doi: 10.2478/hukin-2021-0020. PMID: 34168704; PMCID: PMC8008299.

partager
Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Telegram
Email

No comment yet, add your voice below!


Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *